Our heavy hearts - the BC floods / Les innondations en Colombie-Britannique


Our hearts are with our family and friends, farmers and eaters, in British Columbia right now.

This morning we caught glimpse of photos showcasing the effects of the floods on farmlands in Southern BC. Photos of whole farms under water, of cattle stranded, of farmers trying to get animals to safety, of migrant farm workers who are left with no income and little to no help, and of mayors asking all humans to leave immediately because of the very real risk to their lives. It is so heart wrenching to see, and to imagine the short and long term effects of such an environmental, agricultural and climate catastrophe.

It means that today, we’re holding each other closer and we are more grateful still for the land, and our lives and livelihoods here in La Petite Nation. We are grateful too to be working at the scale we are, which is to say a scale that is, to us, a human scale, the small/medium family farm.
 
We know that part of the challenge that lies ahead for residents and farmers of BC is that a majority of their dairy farms are located in heavily impacted areas (this didn’t used to be the case, but in the last few decades dairy quota has become concentrated in the Fraser Valley region). Getting clean drinking water and feed to the animals in the short term, getting production back up and product to distribution centres will be a challenge of gigantic proportions.   

We remember learning, horrified, that during the 1998 Ice Storm here in the Outaouais, the city of Ottawa only had 3 days’ worth of food within its city limits. We are grateful to you, supporters of local, regenerative farms, who allow us to contribute to a sustainable food system, a responsive food system. Getting food from farms to eaters when marketing direct-to-consumer definitely isn’t without its challenges, but we believe it is key to resilience.
 
We are thinking of our community, of all life, domestic and wild, in British Columbia.


 
Josée & Paul.
 
 




Nous sommes de tout cœur avec nos familles et nos ami.e.s, en Colombie-Britannique en ce moment.

Ce matin, nous avons vu des photos montrant les effets des inondations sur les terres agricoles du sud de la Colombie-Britannique. Des photos de fermes entières sous l'eau, de bétail coincé, d'agriculteurs tentant de mettre leurs animaux en sécurité, de travailleurs agricoles migrants qui se retrouvent sans revenu et avec peu ou pas d'aide, et de maires demandant à tous les humains de partir immédiatement en raison du risque très réel pour leur vie. C'est déchirant de voir et d'imaginer les effets à court et à long terme d'une telle catastrophe environnementale, agricole et climatique.

Cette semaine nous nous serrons les coudes et nous sommes encore plus reconnaissant.e.s pour la terre, nos vies et nos moyens de subsistance ici dans la Petite Nation. Nous sommes également reconnaissants de travailler à l'échelle à laquelle nous travaillons, c'est-à-dire une échelle qui est, pour nous, une échelle humaine, la petite/moyenne exploitation agricole familiale.
 
Nous savons qu'une partie du défi qui attend les résident.e.s et les agricultrices et agriculteurs de la Colombie-Britannique est que la majorité de leurs exploitations laitières sont situées dans des zones fortement affectées (ce n'était pas le cas auparavant, mais au cours des dernières décennies, les quotas laitiers se sont concentrés dans la région de la vallée du Fraser). L'approvisionnement en eau potable et en nourriture pour les animaux à court terme, la reprise de la production et l'acheminement des produits vers les centres de distribution seront un défi de taille.   

Nous nous souvenons avoir appris, horrifiés, que lors de la tempête de verglas de 1998, ici dans l'Outaouais, la ville d'Ottawa ne disposait que de 3 jours de nourriture à l'intérieur de ses frontières. Nous vous sommes reconnaissants, vous qui soutenez les fermes locales et régénératrices, de nous permettre de contribuer à un système alimentaire durable. L'acheminement des aliments de la ferme aux consommatrices/eurs, dans le cadre d'une commercialisation à circuit court, n'est certainement pas sans difficultés, mais nous pensons que c'est la clé de la résilience.
 
Nous pensons très fort à notre communauté, familiale et agricole, et à toute vie affectée en Colombie-Britannique.


 
Josée et Paul.



English